Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 11:02
Tome 6 des "Chroniques de San Francisco"
On y retrouve la petite famille époussetée des années soixante-dix, prête à prendre le virage des scintillantes eighties. Finie la communauté érotico-baba : Mary Ann est devenue une présentatrice de télé en vogue, Brian, 44 ans, travaille aux Plantes adoptives, un magasin de fleurs assez zen, et Michael, se sachant maintenant séropostif, lorgne du côté de l'engagement virulent auprès du mouvement Act Up. Vaille que vaille, nos personnages vont de l'avant. Mais voilà que Burke Andrew débarque. On l'avait presque oublié celui-là. Mary Ann n'était-elle pas folle de lui il y a dix ans ? Andrew est toujours un grand blond aux larges épaules. Devenu un célèbre producteur new-yorkais, il vient proposer la frénésie de la Big Apple à nos résidents de la côte ouest. Bye Bye Barbary Lane est le sixième et dernier tome des Chroniques de San  Francisco et clôt donc la cultissime série d'Armistead Maupin avec drôlerie et pétillant.
♥♥♥♥♥
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 11:00
Tome 5 des "Chroniques de San Francisco"

On avait quitté la petite communauté du 28, Barbary Lane en plein mélodrame social. Brian et sa journaliste d'épouse étaient au bord de la rupture, tout juste réconciliés par l'arrivée miraculeuse d'un enfant et par le réconfort de leur logeuse, Mme Madrigal, la quasi cosmique transsexuelle et mère poule virtuelle. Brian et Mary Ann habitent désormais le 23e étage du Summit, une tour dominant Barbary Lane et convenant mieux à l'ambitieuse présentatrice de talk-show. Michael alias Mouse vit toujours dans la résidence où Mme Madrigal cultive avec amour son verger hallucinant et où Brian vient régulièrement se confier à ses amis. L'arrivée d'un neveu imberbe et vierge va fournir à Brian l'occasion de retrouver une récente conquête. Découvrant que celle-ci est séropositive, il décide de passer le test. S'ensuivent dix jours d'angoisse et de folies que Brian va vivre avec Mouse et son nouvel amour, un beau sudiste musclé.
♥♥♥♥♥
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 10:59
Tome 4 des "Chroniques de San Francisco"
Début des années quatre-vingt, Reagan dirige l'Amérique, hésitant entre conservatisme pur et dur et saut en avant technologique. Les Yuppies dopés sont des acharnés du travail, les gays californiens sont à la pointe du combat pour l'évolution des mœurs et des mentalités et le sida commence à frapper les corps et les esprits. C'est ce moment que choisit la reine Elisabeth II pour effectuer sa première visite à San Francisco. Un symbole à elle seule, la reine d'Angleterre ! Représentante de la vieille Europe, des traditions et d'un certain art de vivre. En décalage complet avec celui des avant-gardistes californiens. Mais c'est justement ce côté kitsch qui leur plaît. Son côté bonne vieille mamie ! Comme Mme Madrigal, la logeuse de la petite résidence communautaire de Barbary Lane. Une grand-mère qui aurait été de tous les combats des années passées, qui cultive de magnifiques plants d'herbe dans son jardin et qui avant son opération était un homme. Il y a aussi Brian qui rêve d'enfants et d'une vie d'homme au foyer, sa femme Mary Ann, journaliste prête à tout pour assumer à la fois sa vie professionnelle et sentimentale et enfin Michael qui vient de perdre son amour, victime du sida.
♥♥♥♥♥
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 10:57
Voici le troisième épisode des Chroniques de San Francisco.
Nous retrouvons la très spéciale " famille " du 28 Barbary Lane, cette fois à l'aube des années 80 et plus que jamais en proie à des aventures abracadabrantes : encore une course poursuite en Alaska, un rodéo gay au Nevada, un week-end de star à Hollywood et la séquestration d'une présentatrice de télé dans la cave de Mme Madrigal - tandis que Michael poursuit sa recherche du Prince Charmant - le lecteur n'aura guère le temps de souffler.
♥♥♥♥♥
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 10:54
Ce second épisode s'ouvre sur la Saint-Valentin. Eh oui, Mary Ann travaille toujours comme secrétaire. Non, elle n'a pas encore rencontré l'homme de sa vie. Mais l'héroïne ne se démonte pas pour autant. Elle se sent bien chez elle au milieu des habitants de la pension de Mme Madrigal. Dans un San Francisco post-libération sexuelle, elle retourne à la case départ, prête à poursuivre sa quête, encouragée par ses frères et soeurs adoptifs. On retrouve avec bonheur l'humour à la fois tendre et décapant d'A. Maupin.
♥♥♥♥♥
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 10:50
San Francisco dans les années 70.. Mary Ann est une jeune secrétaire naîve, originaire du Middle West, qui débarque dans un univers sans tabou. Madame Madrigal est sa très mystérieuse logeuse. Le beau Michael est son colocataire, toujours à la recherche de l'amant idéal...
♥♥♥♥♥
Partager cet article
Repost0
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 13:33

Deux femmes roulent vers le sud dans une Rolls Royce Siver . Fosca, 87 ans, raconte l'histoire de sa vie à Constance. Elle raconte sa vie de femme, de maîtresse, d'amoureuse. Simonetta Greggio dresse le portrait de celle qui vécut comme une épicurienne, et qui affronta ses désirs sans jamais les ignorer.

"Ce qui est sûr c'est que c'est la première plaie qui a le plus de mal à se refermer, et là-dessus les cicatrices se succèdent, à la fin on n'est plus qu'une masse de bleus et de bosses plus ou moins anciens, mais on avance quand même, on se relève encore, et parfois on n'est pas encore relevé qu'on est K-O à nouveau, et alors il faut surtout respirer pianissimo et se faire oublier. Puis la lumière s'infiltre doucement et l'envie de vivre revient. En attendant, on peut toujours se mettre en boule comme un chat, et faire semblant de n'être pas là."
♥♥♥♥

Partager cet article
Repost0