Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes auteurs favoris

J'aime Bien:

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:56

Un très beau portrait, tendre, émouvant et parfois drôle.

 

desarthe.gifAgnès Desarthe écrit : « Peut-être ferais-je mieux de commencer par expliquer que mon grand-père n’est pas mon grand-père. Bouz, Boris, Baruch n’est pas le père de ma mère. Le père de ma mère a été tué à Auschwitz en 1942. B.B.B. – appelons-le ainsi, pour le faire court – est l’homme avec qui ma grand-mère, la vraie, a refait sa vie…si l’on peut dire. »Né à Cernowitz , à moins qu’il ne s’agisse de Kichinev, dans ces lointaines provinces de l’empire des Habsbourg qui furent successivement roumaines, soviétiques ou ukrainiennes, B.B.B. traverse le siècle sans déranger personne. En occupant la place laissée vacante par le grand-père disparu, il joue désormais un rôle à la fois discret et nécessaire. Ce vieux monsieur excentrique est la pièce manquante du puzzle familial. Agnès lui doit d’avoir compris une bonne partie de son identité, longtemps occultée, comme chez certains personnages d’I.B. Singer.« Je voulais écrire sur un homme exemplaire », dit encore l’auteur. Exemplaire, mais de quoi, de qui ? Et pourquoi la figure d’un homme héroïque, le Dr Janus Korczak, qui sauva les orphelins du ghetto de Varsovie, surgit-elle soudain en surimpression ?Avec tendresse, avec humour, avec obstination, Agnès Desarthe déchiffre le palimpseste de la mémoire dans ce qui restera, à l’évidence, comme un de ses plus beaux textes.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

lasardine 07/12/2010 09:55


je n'ai lu l'auteur qu'en jeunesse, j'avais aimé et j'ai bien envie d'en découvrir plus :)


Caroline 07/12/2010 17:05



je n'ai jamais lu aucun des titres d'Agnès Desarthe en jeunesse mais j'ai toujours apprécié ce que j'ai lu d'elle en roman adulte. Comme ça juste de mémoire "Mangez-moi" était pas mal aussi